Pió A. Da Braccio - the fool of the king

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
avatar
Invité
pour vous servir





MessageSujet: Pió A. Da Braccio - the fool of the king   Lun 28 Fév - 19:48


Pió A. Da Braccio

la celebrità è qualcosa pericolosa




APPARENCES
    ETAT CIVIL



© barda doll



    Nom Complet : Pió Angeli Da Braccio
    Origine Géographique : Italie du Nord
    Age : 29 ans
    Profession : Animateur vedette de la RITM

    Baguette Magique : Bois d'Ébène ; Larme de Pitiponk ; 27 centimètres
    Lobby d'Affiliation : Il ne se mêle pas de politique
    Célébrité Choisie : James McAvoy

    Pseudo Courant : KeroZen
    Comment avez vous connu le forum ? Regarde la question précédente, tu comprendras
    Voulez vous participer à l'Intrigue Principale ? Owww yeah baby

    Une précision : Je n'ai jamais fait d'italien, donc si mes phrases dans cette langue sont fausses, merci de m'avertir afin que je les modifie ^-^





INFORMATIONS PEDAGOGIQUES

ex Maison : Gryffondor

Matière Préférée : Sortilèges
Matière Détestée : Potions
Options choisies : Etude des Moldus et Divination

Notes aux BUSES :

. Métamorphose : O
. Sortilèges : O
. Potions : T
. Botanique :D
. Histoire de la Magie : A
. Défense contre les Forces du Mal : EE
. Astronomie : A
. Etude des Moldus : O
. Divination : A
Notes aux ASPICS :

. Métamorphose : O
. Sortilèges : O
. Histoire de la Magie : EE
. Défense contre les Forces du Mal : EE
. Astronomie : A
. Etude des Moldus : O
. Divination : A





Dernière édition par Pió A. Da Braccio le Lun 28 Fév - 23:18, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
pour vous servir





MessageSujet: Re: Pió A. Da Braccio - the fool of the king   Lun 28 Fév - 19:49

    OPINION PERSONNELLE




Ouverture d’Esprit :


. Que pense votre personnage des créatures ?
Autrefois, quand on vivait encore en Italie, on avait un elfe de maison. Père le traitait absolument comme un moins que rien. Je dois dire que ça me faisait de la peine, car c'était un brave elfe. Pourtant, je ne suis pas pour l'égalité des créatures et des sorciers. Regardons les choses en face, même s'ils ont des pouvoirs, ils ne sont pas comme nous. Alors, les respecter d'accord, mais vouloir en faire des égaux, c'est n'importe quoi. Vous avez déjà causé à ces illuminés de centaures ? Aussi zinzin que les merlinistes ceux là ! Alors sérieusement, vous vous voyez leur donner le droit d'avoir une baguette magique ? Moi non !

. Que pense votre personnage des moldus et nés moldus ?
Les moldus sont des benêts. En tout cas c'est ce que l'on m'a toujours apprit à penser. A force, ça a dut me rentrer plus ou moins dans la tête, car même en faisant des efforts, je n'arrive pas à me les représenter autrement. Pourtant, je devrais me dire qu'ils sont forts de contourner leur absence de pouvoirs en inventent des choses. Mais non, je n'y arrive pas, c'est plus fort que moi. Par contre, jamais je n'irais leur faire le moindre mal.Quant aux nés moldus, je ne fais pas la différence avec les autres sorciers. Je pense que s'ils ont des pouvoirs, ils sont des sorciers comme les autres. Il n'y a rien de plus à dire.

. Que pense votre personnage de l’originalité et des excès ?
L'originalité et les excès... bonne question. En tant que présentateur vedette de la RITM, on peut dire que je suis en plein dedans. Je côtoie chaque jour sur l'antenne et dans les soirées où je suis invité des sorciers et des sorcières qui vivent dans l'excès. La drogue, l'alcool, et tout un tas de choses sont monnaie courante dans ce milieu. Pourtant, je n'ai jamais fait l'erreur de tomber dedans. Non, je me respecte trop pour me rendre accro à quelque chose. Quant à l'originalité, tant qu'elle reste bon enfant et ne tombe pas dans la provocation gratuite, pourquoi pas. Ne dit on pas qu'il faut de tout pour faire un monde ? Bien sur, si ma mère m'entendait dire ça, elle ne me parlerait certainement plus.



Conscience Politique :


. Que pense votre personnage de Poudlard et de son utilité ?
Après qu'on ait dut quitter l'Italie avec mère et Paolo, je ne me suis jamais sentit vraiment chez moi en Angleterre. Je me faisais une raison, car revenir dans mon pays était impossible, mais je ne pouvais pas penser que la Grande Bretagne était mon chez moi. C'est pour ça que mon arrivée à Poudlard m'a déstabilisé. Je m'y sentais vraiment bien, comme protégé. Ici, personne ne connaissait les mésaventures de mon père, et personne ne songeait à en jouer. Les gens étaient sympathiques, les cours intéressants, et l'ambiance familiale. J'ai eut du mal à l'accepter, puis mes nouveaux amis m'y ont aidé. Même maintenant que je n'y suis plus, cette école représente beaucoup pour moi. Et pas juste parce que j'y ait beaucoup d'auditeurs.

. Que pense votre personnage du Ministère et des aurors ?
Mon meilleur ami est un auror, donc j'imagine que je suis un peu obligé de les aimer... et bien non, je ne les aime pas ! Ce sont des aurors qui ont enfermé mon père à double tours dans une prison. Certes, il l'avait mérité, mais je ne peut pas quand même aimer des gens qui ont fait ça, ne serait ce que par principe. Mais plus que les aurors, je déteste les fonctionnaires idiots de tous les ministères. Mon père était une grosse pointure du ministère italien, et tous ses amis lui ont tourné le dos dès qu'on l'a accusé. Ces gens sont des petits vers de terre arrogants que j'ai envie d'écraser d'un coup de talon !

. Que pense votre personnage de la magie noire ?
Vous en avez des questions vous ! Eh bien, pour être honnête, j'ai déjà ouvert des livres sur la magie noire, et je les ai lu. Entre nous, ce ne sont pas les livres en eux même qui sont dangereux, c'est ce que l'on fait du savoir qu'ils contiennent. Je n'ai jamais appliqué ce que j'ai apprit dans les quelques ouvrages sur le sujet que j'ai ouvert. Faire souffrir les autres ? Non merci ! Comme chaque choses en ce monde, si l'on veut blesser quelqu'un, on peut toujours réussir, avec ou sans la magie noire. Le plus condamnable n'est pas la méthode mais le but. Et ça, à part lobotomiser les vilains, on ne peut rien y faire.



Amour Propre :


Que pense votre personnage de sa propre personnalité ?
Dans l'ensemble, je m'aime assez. Bah quoi, vous auriez voulu que je dise que je suis un nul ? Désolé, ce n'est pas mon genre. Je suis animateur radio, et la vedette dans ce domaine, donc j'imagine que j'ai quelques qualités. Par exemple, je suis spontané, drôle, et charismatique. Ce n'est pas être arrogant de dire ça quand c'est vrai. Je déteste les gens qui sont faussement modestes voyez vous. Par contre, je peux aussi avouer des défauts si ça vous plait. Je suis distrait, bordélique, et totalement inconstant. Je reste rarement longtemps avec quelqu'un, j'ai tendance à être trop franc, et je suis très sarcastique avec les gens. Voila ça vous va mieux là ?

Que pense votre personnage de sa famille et ses amis ?
Ahhhh la famiglia ! Mon père, Ottavio, est un homme politique corrompu enfermé dans une prison pour sorciers par les bons soins des aurors italiens. Ma mère est une bourgeoise à peine moins vulgaire qu'une poule de luxe qui ne supporte aucun scandale. Et le reste de ma famille nous a tourné le dos dès que mon père a été accusé, tout comme les anciens amis que nous avions. Le seul qui vaille le coup dans cette famille est mon frère, Paolo. C'est le mec le plus courageux et loyal que j'ai jamais vu, prêt à tout pour aider ceux qui le méritent. Quant à mes amis, je m'en suis fait plusieurs à Poudlard, et ce sont les seuls qui vaillent le détour. Tous les gens qui veulent être mes amis maintenant que je suis célèbre seront prêts à me lâcher dès que je ne serai plus rien. C'est pourquoi je veille toujours à privilégier mes amis de Poudlard.

Que pense votre personnage de son passé et son avenir ?
Mon passé est ce qu'il est. Affronter le scandale public a été très dur, mais on a survécu. Mais arriver à Poudlard, dans un endroit où les gens ne savaient pas qui j'étais ni qui était mon père, a été fantastique. je ne regrette rien du passé, et j'essaie de vivre dans le présent. Il ne faut pas remuer les anciennes blessures. Pour ce qui est de mon avenir, je le vois plutôt favorablement. Je suis jeune et énergique, j'ai de l'argent, et les gens m'adorent. A part un évènement totalement saugrenu, je ne pense pas que ça change de sitôt.




Dernière édition par Pió A. Da Braccio le Lun 28 Fév - 23:01, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité
pour vous servir





MessageSujet: Re: Pió A. Da Braccio - the fool of the king   Lun 28 Fév - 19:49

    HISTOIRE



" La pluie m'assomme, l'gris m'empoisonne, week-end à Rome "
    Etienne Daho


J'ai vu le jour le 02 Juin 1981 dans la ville de Bergame, en Lombardie. Pour ceux qui ne sauraient pas, cette région se trouve en Italie du Nord, près de Milan. Ahh Milan déjà ça vous parle d'avantages. Dès que ça cause de près ou de loin de football, ça va tout de suite mieux. Mon père était un membre important du Ministère de la Magie italien, dans le département de la Justice magique. Quant à ma mère, c'était une belle inutile, du genre à donner des réceptions et à passer sa journée au spa. Des gens bien comme il faut vous auraient dit leurs multiples amis. Oui oui, bien sur... des gens biens. Ce n'étaient que fêtes et paraître sous le doux soleil italien. Les gens raffolaient d'eux, la populasse les respectaient. On avait une belle maison sur les hauteurs du lac de Côme, de beaux objets, et du pouvoir d'achat plus qu'il n'en faut. Mon frère, Paolo, et moi avions tous les jouets que nous voulions, à défaut d'attention, et les autres enfants étaient amis avec nous surtout parce que notre père était influent et que leurs propres parents leur disaient d'être gentils avec nous. Le bon temps me direz vous ? Oui, en un sens ça l'était. Nous n'avions pas à nous plaindre, et ça serait mesquin de pointer du doigt les, pourtant nombreux, détails qui clochaient dans le joli tableau.

Autant vous dire que plus dure a été la chute. Alors que j'avais 4 ans, et Paolo 10, notre père a été accusé de corruption. Entre nous, maintenant que j'y repense, ça ne m'étonne pas. Mon père n'a jamais été quelqu'un d'honnête, et il n'y avait pas de raisons qu'il le soit plus dans son travail que dans sa vie personnelle, au contraire. Ainsi, les aurors italiens sont venus le cueillir un beau matin pour le conduire dans un tribunal, puis finalement en prison. Imaginez l'état de ma mère en voyant toutes ses amies lui tourner le dos et partir en courant sitôt l'accusation lancée. Imaginez la quand les fonctionnaires du Ministère italien sont venus saisir nos biens, notre belle maison, et la plupart de l'argent se trouvant sur nos compte en banque. Heureusement, mon père, qui était tout de même quelqu'un de prévoyant, avait caché de l'argent à Gringotts, la célèbre banque de sorciers se trouvant en Grande Bretagne. Là, loin de la juridiction italienne, il était sur que l'argent ne serait pas saisit. Il dit alors à ma mère de partir avec nous en Angleterre, et de nous y installer définitivement.

Nous nous installables donc à Londres, dans une banlieue résidentielle propre et branchée, mais pourtant si loin du monde que nous avions quitté, tant sur un plan géographique qu'économique. Il était hors de question que Paolo entre à l'école italienne de magie où il devait aller l'année suivante... pas si peu de temps après le scandale. Nous fûmes donc envoyés à Poudlard. Mon père avait été formel, jamais nous ne devions remettre les pieds en Italie. Ma mère a beau être un peu godiche, elle suivait toujours les instructions de mon père, et elle le fit cette fois encore. Paolo fut tout de suite répartit à Gryffondor. connaissant son caractère vif et courageux, cela ne m'avait pas étonné. Il envoyait toutes les semaines deux lettres bien distinctes. A ma mère, il envoyait le compte rendu de ses activités scolaires, ses réussites surtout. A moi, il envoyait ses pensées sur l'ambiance, les gens, les choses plus borderline qu'il faisait. J'avais alors apprit à lire le plus vite que je pouvais afin de pouvoir déchiffrer tout ce qu'il m'envoyait. J'étais bien entendu convié par ma mère à l'entendre lire à haute voix la lettre qu'elle avait reçue, riant sous cape de ce que j'avais moi même apprit et qu'elle ne saurait probablement jamais.

Je n'étais pas très sur de vouloir aller à Poudlard, malgré les choses intéressantes racontées par mon frère dans ses hiboux. Je ne me sentais pas vraiment chez moi en Angleterre. Le soleil surtout me manquait. Comme tous les enfants, je pensais que mes malheurs n'avaient pas de limites et ne pouvaient être surmontés. Bien entendu, j'avais tord, et j'allais bientôt l'apprendre. Mais en attendant, la Grande Bretagne me semblait sinistre et ses habitants trop coincés. J'étais morose, au point que je ne saurais plus vous dire ce que je faisais de mes journées à l'époque...



" Lasciatemi cantare, perchè ne sono fiero, sono un italiano, un italiano vero "
    Toto Cutugno


Malgré tous mes à priori, je fus surprit d'aimer Poudlard. Mon frère entrait en dernière année, mais il prit la peine de m'installer dans un compartiment vide du Poudlard Express avant d'aller rejoindre ses amis. Le trajet se déroula dans le calme car je n'osais pas parler aux autres de peur qu'ils ne connaissent mon père et son histoire. C'est seulement arrivé au château, quand nous fumes parqués dans une petite pièce à côté de la Grande Salle, que j'ai parlé à quelqu'un. Non, en fait, c'est plutôt ce quelqu'un qui m'a parlé. Il était souriant et avait l'air doué pour les bêtises. Il s'appelait Keith Aberdeen. Je sus tout de suite qu'on s'entendrait bien, et l'avenir allait me donner raison. Je passais sous le choixpeau magique peu de temps après Keith, Aberdeen et Da Braccio étant proches dans l'alphabet. Et je le suivis donc de près en direction de la table des Gryffondor. Mon frère, cachant à peine sa fierté, m'accueillit donc dans sa maison, ainsi que Keith.

Mes années à Poudlard furent sans aucun doute possible les plus belles années de ma vie. Même maintenant que je suis célèbre et riche, je ne me sens pas plus heureux que dans ces années là. Ça n'a rien à voir. Le bonheur ne se base pas sur le matériel, n'en déplaise à ma mère. Keith et moi étions de plus en plus proches au fil du temps. Et j'avais en outre apprit à ne plus craindre que la notoriété de mon père ait passé les frontières de l'Italie. C'était un fait, personne n'était au courant, ce qui me réjouissait et me permis d'être moi même, et non pas "le fils du sorcier arrêté pour corruption". Alors, je pouvais être libre de redevenir l'être charismatique et joueur que j'étais au fond de moi. Je dois confesser que Keith et moi n'avons jamais été les élèves le plus brillants qui soient, et encore moins les plus studieux. Toujours les premiers pour lancer les "révoltes", faire des blagues, et singer les professeurs. Combien d'heures de retenue avons nous passées ensemble, sous l'œil inquisiteur du concierge du château ? Je ne saurais pas les compter.

J'ai rapidement comprit que les longues études n'étaient pas faites pour moi. Je n'avais d'ailleurs jamais eut l'intention d'en faire. Aussi je ne me prenais pas trop la tête avec les cours. Les matières où il fallait être minutieux, comme les Potions, ne m'intéressaient pas. Mais comme j'étais curieux des autres, j'avais prit l'Etude des Moldus en option. La colère de ma mère fut assez terrible au début, mais elle comprit vite qu'elle n'aurait pas de prise sur ma décision. Ça faisait longtemps qu'elle n'avait plus d'autorité sur ses fils, si toutefois elle en avait eut un jour. Et curieusement, j'ai bien aimé cette matière, tout comme mon autre option, la Divination, qui me faisait beaucoup rire. Inventer des trucs loufoques en faisant semblant de regarder dans une boule de cristal plaisait beaucoup à mon imagination et mon sens de l'improvisation. Un bon entrainement pour le métier que j'exerce désormais...



" Che confusione, sara perche ti amo e un'emozione che cresce piano piano "
    Ricchi e Poveri

Sitôt mes ASPICS en poche, je me dirigeait vers ce que je voulais faire, c'est à dire faire rire les gens. Je dois avouer que je ne savais pas trop par où commencer, alors j'allais tenter ma chance à la RITM. Une radio correspondait bien à ma spontanéité et mon bagout. Et par un coup de chance phénoménal, le directeur de la radio avait entendu parler de mes exploits en farces et plaisanteries quand j'étais à Poudlard. Sa nièce y étudiait, avec juste un an de moins que moi. Et ce brave homme m'a donc immédiatement embauché. J'avais beau, déjà à l'époque, avoir une haute estime de moi, jamais je n'aurais crut trouver quelque chose aussi vite, et surtout dans un domaine qui me plaisait et m'avait toujours intéressé.

Au début, je faisais des chroniques dans des émissions de divertissement. Je parlais de l'actualité magique, des gens qui comptaient un peu, et j'amusais la galerie. Ça a duré un moment jusqu'à ce qu'on décide de me faire monter en grade. De chroniqueur occasionnel je devenais le clown officiel de la radio, avec une émission le Vendredi soir où je jouais le joker d'un présentateur censé tenir le rôle de caution intellectuelle. Le Yin et le Yang, l'humour et le savoir. C'est là que la mayonnaise a vraiment commencé à monter. Les sorciers envoyaient des hiboux pour m'encourager et me féliciter, demandant mon augmentation, voire ma promotion. J'allais faire des meetings pour la radio d'un coin à l'autre du pays, en tant que VIP de la station. Les gens demandaient quand j'allais enfin avoir ma propre émission. Apparemment, ma personnalité plaisait. Du coup, pour mes 25 ans, la radio m'a fait un gros cadeau d'anniversaire en annonçant une émission dont je serais l'animateur unique, entouré de mes propres chroniqueurs. Ça devait être une émission sur la culture et l'actualité magique vue sous un œil bon enfant et décomplexé. Inutile de vous dire ma fierté et mon bonheur.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Timo Grimm-Kapler
pour vous servir

Voir le profil de l'utilisateur

♠ Célébrité : Tom sexy Hiddleston
♠ Copyrigh : tumblr


Schizophrenia loves me
♠ Baguette Magique: Aubépine, écaille de Salamandre
♠ (Ex) Répartition: Dill
♠ Lobby d\'Affiliation: Séparatistes

MessageSujet: Re: Pió A. Da Braccio - the fool of the king   Lun 28 Fév - 23:23

Validéééééééééé ! Quelle rapidité Boulet
........................

L'esprit est une horloge
aux rouages imparfaits
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
pour vous servir





MessageSujet: Re: Pió A. Da Braccio - the fool of the king   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pió A. Da Braccio - the fool of the king

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dragées Surprises :: Maintenant ou Jamais [HRP] :: « la pensine : archives .-